EDITORIAL N°46

Par Emilienne N. Soué

La Covid-19 : Une chance pour l’Afrique

Le titre de cet éditorial peut paraître paradoxal quand l’on considère les bouleversements consécutifs à la pandémie du coronavirus dit «Covid-19», depuis son apparition en Chine fin 2019 et sa propagation dans le reste de la planète. A coup sûr, plus rien ne sera comme avant et quelques huit mois après, le dangereux virus n’a pas fini de livrer ses secrets.

Editorial N°38

Par Emilienne N. Soué

Immunité pour impunité ? Quelle idée!

Ce n’est pas galvauder le sens des mots que de parler d’une révision « historique ». Les Parlementaires ont voté, à la majorité, la loi portant code pénal. Et le président de la République l’a rendue  exécutoire le 12 juillet dernier. Mais l’enjeu va bien au-delà du fait de doter le Cameroun d’un arsenal pénal  plus adapté au contexte actuel. Il est question de procéder à l’unification du droit pénal anglophone et francophone et de l’arrimer aux engagements internationaux.

Au Parlement, l’exercice  a été marqué par l’extrême polarisation des positions lors des débats. Ce n’est pas tous les jours que la loi pénale, qui est le garant de l’ordre public est remaniée, d’où l’intérêt  qu’elle a suscité au sein de l’opinion.

Editorial N°37

Par Emilienne N. Soué

Croissance du Cameroun: une cause internationale

La 44 ème fête de l’unité nationale du Cameroun avait une saveur particulière cette année. La manifestation s'est tenue sur fond  d’hommage rendu à nos forces de défense pour les services rendus à la nation, dans la lutte pour éradiquer le mal djihadiste qui sévit depuis au moins trois ans dans notre pays. En témoignent les nouvelles qui parviennent depuis le front où l’armée camerounaise a pratiquement  mis hors d’état de nuire les membres de la secte islamiste Boko Haram, et détruit  son bastion dans l’Extrême-Nord du pays.

C’est donc une armée sûre dont la capacité et le  polymorphisme ne sont  plus équivoques : qu’il s’agisse de l’intégrité territoriale, de la sécurité des personnes et des biens, ou encore de la sûreté de l’Etat, l’armée camerounaise assure. Elle le fait chaque jour au péril des vies des soldats tombés sur le champ d’honneur. Le slogan « honneur et fidélité » revêt désormais tout son sens. En regardant la parade militaire le 20 mai 2016, au boulevard éponyme, l’on ne pouvait qu’entonner l’hymne de l’unité nationale. Comment pourrait-on encore parler  de clivages tribaux, régionaux, linguistiques ou sociaux, en regardant ces hommes nobles battre le pavé du boulevard ? Ce serait mépriser les soldats restés sur le champ de bataille.

Editorial N°40

Par Emilienne N. Soué

Plus jamais ça !

Le vendredi 21 octobre 2016, très tôt dans la matinée, ce sont  des buses au niveau d’un pont à 68 km de Yaoundé qui ont divisé la Route Nationale 3, communément appelée axe lourd. Un peu plus tard, le déraillement du train intercity reliant la ville de Yaoundé à celle de Douala a endeuillé le Cameroun, provoquant la mort d’environ 80 personnes selon les chiffres officiels et 600 blessés. Les causes de cet accident tragique restent à déterminer, une commission d’enquête sur l’accident ferroviaire survenue le 21 octobre 2016 à Eséka, ayant à sa tête le Premier ministre chef du Gouvernement, Philémon Yang, a été créée par décret présidentiel. Sa mission, déterminer les causes du drame, établir les responsabilités, évaluer la gestion de la catastrophe et l’assistance apportée aux victimes.

Africa

Visitor Counter

Cameroon 74,1% Cameroon
fr-FR 7,8% fr-FR
United States 3,6% United States

Total:

112

Pays
03196966
Aujourd'hui: 1
Cette semaine: 154
Ce mois: 1.136
Mois dernier: 1.720
Total: 3.196.966